Les gaités du mariage

La gaité du mariage est une occasion pour certains qui n'y connaissent rien de se lacher. Nous évoquerons ici les déclarations de messieurs Barbarin (de Lyon) et Lacrampe de Besançon à propos de la loi sur le mariage pour tous.

De Barbarin, archevêque de Lyon

« Après, ils vont vouloir faire des couples à trois ou à quatre. Après, un jour peut-être, l’interdiction de l’inceste tombera »

Sans compter les couples de collègues avec des troupes d'enfants de choeur ?

Après avoir compté deux égale trois ou quatre et pourquoi pas à vingt-trois, Barbarin voit, dans le cataclysme de la loi modifiée à propos d'une tradition tombant en déséétude, un « enjeu de civilisation », ainsi qu'une atteinte à « la première page de la Bible » qui, comme chacun sait, est un texte essentiel du droit français. À ce moment Barbarin devait planer en Arabie saoudite.

De Lacrampe, archevêque de Besançon

Au moment où Barbarin (de Lyon, pas de Tarascon) s'exerçant au mathématiques voit des couples de trois ou quatre personnes, Monseigneur Lacrampe (Besançon) se crispe et déclare dans l'Est républicain :

  • 1- « Nous avons une identité sexuelle qui nous qualifie juridiquement ». Nous voilà rassurés par ces mâles propos, Lacrampe "habet duos testiculos et bene pendentes ! e» légalisés et comme celles du curé de Camaret.
  • 2- « la suppression de la mention père et mère ferait perdre à l'enfant ses repères naturels et contribuerait à le fragiliser. ». C'est vrai qu'après ça l'enfant de choeur ne comprendra plus l'expression « père Lacramp e»

Face à ces déclarations, il serait urgent de demander son avis à Monsaigneur Philippe Ballot, qui doit s'y connaître.

Conclusion : restons vigilants car le risque est grand que Mgr Podvin allonge quelques biftons comptés par le Cardinal Vingt-Trois pour faire capoter le vote.