Besançon ville religieuse

 

Article 1 : la bonne grosse blague du 1er avril.

Article 2 : le journalisme de terrain, le choc des témoignages.

Une lettre contenant l'essentiel des thèmes développés dans la requête et la réponse à la ville est alors envoyée à la rédaction bisontine de l'Est républicain.

Article 3 : un vrai-faux droit de réponse où la sémantique s'en prend plein la gueule.

Article 4 : Pinard entre en scène : s'attaquer à la croix, c'est s'attaquer à un "juif franc-maçon".

C'est après cette salve vengeresse que les lettres de Pinard et de Guinchard-Kunstler arrivent à "poing" nommé pour achever l'iconoclaste.

Un droit de réponse démontrant la partialité et la diffamation contenues dans les articles de J-P.G. est alors demandé à la direction de l'Est à Nancy.

Face à ce harcèlement, la direction de l'Est républicain nomme J-P.G. au grade de "juge et partie". Fort de cette promotion toute neuve, notre PPDA local téléphone au domicile de Ch. Guilleminot le 9 août 20000 pour lui signifier que son droit de réponse n'est pas recevable. Il juge sans appel que le fait de démonter que le 3e article est un faux, par exemple, n'est pas une réponse.

Jean-Pierre profite alors de l'occasion pour confirmer que pour enlever il faut abattre

Il ne lui aura fallut que 4 mois et des poussières pour remonter la filière et contacter l'auteur du recours "gracieux" auprès du maire, apparaîssant ainsi définitivement comme le grand journaliste d'investigation qui manquait à la Franche-Comté. Quand au droit de réponse, les lenteurs administratives n'ont pas encore pu rendre sa parution possible.