mascotte

La débéniction de la maison des Bouchoux à Nacray (Doubs)

Les faits

Le président du musée des maisons comtoises de Nancray, Pierre Contoz, avait trouvé très malin et d'importance d'inviter le ci-devant Lacrampe, archevêque de Besançon, à bénir une batisse du musée public de Nacray (Doubs). Sans penser à mal dit-il, c'était pour le folklore car Monsieur Pierre Contoz voit avec justesse en l'archevêque au patronyme évocateur un saltimbanque du folklore local. Comme nous il l'imagine peut-être affublé d'un gros nez rouge et d'une bite violacée, organe des plus utile est discret au milieu de l'habit pour obtenir la crampe. La bite ne fait-elle pas le moine ? Allez Contoz, continue à te lâcher et à avoir de bonnes idées comme celle-là, notre imagination commençait à rouiller.

La bénédiction à donc eu lieu mais voilà qu'un mauvais esprit du nom de Jacques MOUTTERLOS dépose une requête en annulation au tribunal administratif en se référent à la loi de 1905. Et surprise (pour CROA)... le Tribunal lui donne raison, annulant l'abusive demande de bénédiction.

Comment s'en sortir ?

Voila qui cause un dilemme embarassant car même si l'auteur du délit propose d'essuyer le mur laïque profané, il n'existe paraît-il aucune procédure de débénidiction : on peut se faire crucifier, griller sur un bûcher, débaptiser, sodomiser par un prêtre lubrique, mais pas débénir ! Enfin selon les médias mainstreams et les personnes bien informés qui sont celles devant qui on doit se taire.

Cette curieuse cécité est bien compréhensible quand depuis plusieurs années, CROA propose son eau débénite aux combattants de la laïcité et en particulier aux courageux Légionnaires du CROA. Il serait scandaleux d'informer le bon peuple de ses droits et de ses possibilités face aux abus de sectes, fussent-elles de celles qui ont réussi.

Répondant avec fougue à l'outrage, les Légions du CROA sont donc monté au créneau et ont débéni la maison des Bouchoux du musée de Nancray.

débénédiction de la maison des Bouchoux à Nacray

Samedi 8 septembre 2012, les forces du CROA déversent une pleine bouteille d'eau débénite sur la maison des Bouchoux à Nancray, sous l'oeil déconfit d'une prélature qui en avale sa mitre.

Nous avons gagné et finalement lavé l'odieux affront de la croix sur la mairie de Besançon. Allons en paix, débénissons et débaptisons, les générations avenir vous en sauront gré.

Pour votre débaptisation allez ici

Mort de rire !

« Comme faire baptiser un édifice public »

Catholique non pratiquant [comme certains sont homosexuels non pratiquants ?], l’élu, socialiste, l’avait déjà confessé, et même « expié » dans une ironique lettre à son contradicteur : s’il a invité le prélat, c’est à titre « personnel » et sans que cela n’engage le syndicat qu’il préside. D’ailleurs, il n’y a « pas de décision du syndicat mixte, pas trace de délibération, ni même de carton d’invitation au nom de monseigneur Lacrampe. S’il est intervenu, c’est parce que je l’ai sollicité à titre amical ».

in le blog jurandoubs

Conclusion

Catholique non pratiquant l’élu socialiste a invité un curé à titre « personnel et amical » sans décision du syndicat qu’il préside, en prenant soin de ne pas laisser trace de délibération ni d'invitation. Contoz se l'est joué en douce, mais c'est raté !

Socialistes et curés

Le mandant était socialiste. On se souvient avec émotions des émois de Jack Lang face au père Cloupet, de Jospin lachant la mane à l'école privée, participant tous deux joyeusement à la longue liste des destructeurs de la loi de 1905. Maintenant, le fin du fin est de laisser l'immam y faire. Le maire de Paris s'attendrit lors la "rupture du jeûn" à la fin de ramadan. Désormais le frou-frou de la gandoura chauffe autant le socialiste que celui de la soutane, la question étant de savoir où donner de la tête.

Croa